19 février 2009

Préparatifs

La destination est choisie... c'est le temps maintenant de l'excitation qui précède le départ mais aussi des petites contraintes déplaisantes. Première interrogation ! comment le corps réagit quand on passe en haute altitude ? Le programme de crapahute a de quoi faire fléchir les plus téméraires, en particulier avec une dernière journée mentionnant 13 heures de marches et un passage au sommet à -10°C. L'effort musculaire ne nous fait pas vraiment flipper... c'est surtout l'inexpérience de la montagne qui prète à considération, et rend le périple galvanisant. Je n'ai jamais dépasser les 2800 m et cette "ballade" va nous emmener plus de 3000 m plus haut. On dit souvent qu'un voyage rempli d'innatendu le rend plus savoureux... je pense que le même constat s'applique à l'effort physique, en allant par exemple chercher des ressources insoupconnées, ou de nouvelles sensations.

Le carnet de route UCPA est alléchant. Une première semaine plongée dans la Nature à découvrir les richesses florales et animales du pays, à travers des randonnées pédestres et safaris 4x4, au beau milieu des réserves tanzaniennes. La deuxième semaine étant consacrée à notre petite grimpette. Bien beau tout cela mais quelquechose sonnait mal... le fait d'être tout le temps en transit route et de partager la vie d'un groupe manquait à mon sens d'une dimension humaine avec la population. Je n'avais pas envie de visiter la Tanzanie. Je voulais la comprendre et m'en imprégner. Il y aurait bon nombre d'occasions de discuter avec les habitants rencontrés, mais quoi de mieux qu'un projet plus personnel, plus profond, plus utile... j'allais certainement vivre grâce à la Tanzanie une des plus belles expériences de ma vie ! il me semblait normal de contribuer à rendre un tant soit peu, pour que le partage soit une réalité !

Adrien fait partie de l'effectif de ma caserne. Nous ne sommes pas à proprement parler proches mais j'admire particulièrement chez lui sa volonté de changer les innégalités du monde moderne plutôt que de végéter dans les critiques inconstructives tel un bon français :) Même si son discours me semble parfois un chouille excessif, son action aussi modeste soit elle s'en ressent avec la même verve et c'est bien là le plus important ! Rien de mieux qu'une bonne dose de dynamisme ! Durant l'année 2008 il est parti avec 3 autres potes, réaliser au Pérou une action humanitaire, en offrant aux enfants d'une crèche, des fournitures indispensables telles que des vêtements chauds ! De cette action est née une association The World is yours (le monde t'appartient), fameuse réplique de Scarface, qui propose de soutenir de petits projets tels que celui ci, en aidant à la conception, la logistique et les contacts...

Nous nous sommes ainsi rapprochés pour créer le projet Arusha 2009. L'objectif étant de fournir du matériel scolaire dans une école de brousse de la banlieue d'Arusha (grande ville du nord tanzanien) ! Grâce à un contact suisse, la présidente de l'association Enfants de Tanzanie, Adrien a put obtenir une école bien située pour mener le projet à terme, en projection des impératifs de notre carnet de route. La Primary school Olturoto. En 2003 l'association suisse avait réaliser un grand projet de construction de bâtiments scolaires dans cette même école, financé par des localités ! Nous allions avoir la chance d'apporter à notre tour une modeste contribution.

Une récolte était donc organisée dans les écoles de Lagny sur Marne et ses alentours, afin de rassembler autant de fournitures scolaires que possible, à l'exception de livres. Je me chargeais des coups de fils aux différents proviseurs pour obtenir les feux verts, et Adrien distribuait ensuite les urnes et affiches, qui réceptionneraient les dons des enfants. Rapidement une dizaine d'écoles se prit au jeu avec enthousiasme et c'est plus de 100 kilos de trousses, stylos, classeurs, cahiers, colle, peinture, feutres qui s'amoncellaient dans l'appart d'Adrien. J'en profite aussi pour refaire un bisou à ma belldoche Sinegrine qui a aussi contribué spontanément ! J'étais ravi... le sentiment de voyageurs conquistadors s'évanouissait. Nous allions je l'espère pouvoir nous aussi faire sourire nos hôtes d'une journée. Petit point noir tout de même: il n'est pas possible gratuitement, d'emmener 110 kgs de valises, dans un avion, en particulier quand celui ci est floqué aux couleurs d'Air France ou KLM ! On peut même ajouter que leurs services humanitaires ne sont qu'une vaste farce, profit oblige ! On prenait donc la décision d'emmener tout à l'aéroport le jour J et d'aborder les passagers peu chargés en sollicitant leurs gentillesses... bon en clair, on y va cash en mode influence !!! Encore une bonne dose d'incertitude qui ajoutait un certain piment !

Il fallait maintenant penser à l'équipement parce que le Kili c'est pas vraiment une plage hawaienne. La mauvaise expérience de Nico pendant notre trek Mojave l'année passée, suscitait une reflexion : pas question de gratter sur les chaussures ! On n'a donc pas lésiner sur les moyens... et avec du recul ma bonne paire de Technica GTX, malgré son poids exorbitant, j'en suis ravi !!! encore quelques allers retours chez Decath, et le sac prenait forme. Je me réservais aussi un après midi au Vieux Campeur parisien, afin de compléter ma gamme de sous vêtement chaud et d'accessoires. Mes parents m'avaient également gaté en m'offrant un pantalon de rando pour mon anniv... et les copains, en plus d'une super soirée parisienne, contribuaient aussi à l'effort de guerre. J'étais vraiment chouchouté !

Restait les formalités chiantes à expédier. Change monétaire, vaccins, traitement anti palu... comme d'habitude je m'y prenais au dernier moment mais cette fois ci le couperet n'est pas passé loin. Je me suis réveillé 10 jours avant le départ pour la vaccination et j'ai du faire un aller retour express à l'institut Pasteur... bah oui c'est 10 jours minimum avant départ, l'injection pour la fièvre jaune... mais bon on se refait pas !!! ca me permettait au moins de rencontrer sur place celle qui allait me piquer, mais surtout un membre du club de ceux qui ont gravit le Kili. Entre 2 récits de son expérience, elle m'a convaincu de prendre un médicament contre le mal des montagnes, le Diamox, qui apportait pour ce type de grimpette sans acclimatation une aide non négligeable.

Tout était enfin prêt ce 19 février ! l'excitation à son comble ! On s'envolle le lendemain aux aurores. Une dernière soirée pour préparer les sacs. Les 6 gros colis scolaires étaient déjà chargés dans la VL Kangoo de la caserne... Sylvain dit le hérisson assurait gentiment le convoillage jusqu'à l'aéroport au cas où on aurait un problème pour fourguer les sacs. Il fallait au moins quelqu'un pour les récupérer ! Dernière nuit... un peu agitée celle ci ! je me retourne plusieurs fois, pensant à toute la magie qui nous attend.

Posté par fredericgarcia à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Préparatifs

Nouveau commentaire